Mes constructeurs automobiles ont oriente leur strategie aupres du diesel.

Or, le moteur diesel est 1 mythe : seuls ses interets seront mis en exergue alors qu’une quantite non negligeable de defauts restent latents.

Sa surcote concernant le marche de l’occasion ou autre montre que le marche n’est jamais bio, mais gonfle avec des stereotypes. Et tel tout mythe, une apogee est ineluctable. Le diesel entamerait-il une phase de declin ?

Lexus, rare marque ne proposant (plus) d’offre diesel dans sa gamme.

Un marche sature

Environ 60% des vehicules francais carburent au diesel et les ventes de vehicules diesels depassent les 70% de part marketing en 2012 apres des pointes avoisinant nos 80% : la France tient un double record mondial regrettable. Pourtant ce genre de motorisation degage nombre de defauts. Tout d’abord, par rapport i  la conduite, bien que puissant au demarrage et en reprise du a le couple moteur plus puissant qu’une motorisation essence, le diesel emet votre son peu rejouissant et se montre limite en tours. D’autres griefs par rapport i  l’utilisation sont a attribuer au diesel, mais ces remarques sont pour bon nombre masquees par le mythe dieseliste :

-« Notre diesel ne pollue nullement » : il rejette certes moins de CO2, cependant l’ecart de consommation (et subsequemment d’emission de CO2) entre moteurs diesel et essence diminue, du fait que les constructeurs aient davantage investi en R&D dans votre premier les temps passes. Maintenant arrive au seuil de maturite technologique, le diesel est delaisse par rapport i  la R&D au profit de l’essence, surtout chez Volkswagen tel le confirma le P-DG au cours d’une recente conference comptables. De surcroit, il ne va falloir omettre claque que le diesel rejette beaucoup de particules plus ou moins toxiques tel que le dioxyde d’azote. Un moteur qui ne se revele jamais si « ecologique » en somme. Enfin, le raffinage du diesel pollue bien davantage que celui de l’essence : son « bilan CO2? global (ndlr: du puir a la roue), argumentaire commercial de vendeurs de tapis, tombe des lors en desuetude.

-« Notre diesel est plus fiable ». Initiative totalement factice ; le diesel possede une fiabilite equivalente aux motorisations essences tant sur la longevite que sur la qualite des pieces, ainsi, de surcroit, offre votre cout a l’entretien equivalent voire superieur en dessous du seuil des 100.000 km. Seul le cout a l’usage se revele attrayant concernant le diesel, ainsi, votre du a une fiscalite avantageuse dont l’avenir parait compromis. Aucun avantage donc.

Car effectivement, le mythe dieseliste depasse Notre sphere de l’automobiliste : il constitue une affaire d’Etat. Les constructeurs automobiles tricolores et les gouvernements successifs ont incite l’emergence du diesel, afin d’acquerir 1 avantage concurrentiel et des concurrents etrangers (avantage financier pour l’Etat). Mes resultats commerciaux de des constructeurs nationaux montrent l’imperfection de une telle strategie. Avec une telle politique, le marche pantalon completement desorganise et coute depuis le avenement, une fortune a l’Etat. Bonus-malus recemment (paroxysme de l’incoherence de cette strategie), mais aussi importation massive de gazole face a une surcapacite d’essence pesant concernant la balance commerciale voili  de grandes annees. Il ne va falloir oublier aussi que le raffinage du gazole apporte une pollution atmospherique bien plus considerable que le raffinage de l’essence a quantite equivalentes. Desormais, la posture lobbyiste desavantageuse des constructeurs nationaux face a Total pourquoi pas, couplee au deficit budgetaire francais, inverse la balance et incite le gouvernement a reequilibrer le tir en supprimant nos interets fiscaux du diesel…sans les reverser sur les motorisations essences, pi?te oblige. Au moment oi? l’industrie automobile francaise en emplie pi?te structurelle, ne va etre plus, des dirigeants comprendront que le matraquage fiscal opere auparavant au nom en crise financiere conjoncturelle aura acheve le marche francais comme l’en atteste votre specialiste de BFM TV en mars soir:

Reorientation des constructeurs francais

Situes dans une impasse conjoncturellement traitant, PSA et Renault reorientent leur strategie. Toyota paria sur l’hybride, strategie qui lui reussit mieux que le diesel pour des francais en lui conferant une image de specialiste via un marche de niche.

Renault parie pour le court terme via le downsizing des moteurs essences qui consiste a reduire la cylindree des moteurs en fournissant un turbo Afin de pallier la perte de puissance. Tout comme PSA, le constructeur au losange developpe donc des moteurs trois cylindres i  la place des quatre habituelles dans le but de diminuer la consommation des moteurs essences, pour un cout de production et consequemment un tarif inferieur. Volkswagen detient une avance assez considerable via ce secteur des motorisations essences nouvelle generation avec notamment la coupure de deux des quatre cylindres si ces dernieres sont peu sollicitees : cette strategie constitue l’une des raisons de son succes.

Sur le possible et long terme, PSA se lance au sein d’ l’hybrid-air, motorisation hybride essence fonctionnant avec une pompe a air i  la place d’une motorisation electrique davantage onereuse. Renault s’engage dans le pari plus risque de l’electrique qui pourrait etre compromis du fera d’un reseau d’approvisionnement embryonnaire et couteux a mettre en place par l’Etat, en crise financiere, aussi si l’innovation apporterait croissance economique selon le cycle de Schumpeter pourtant si chers a nombre de bureaucrates.

Repartition des ventes de vehicules selon le type d’energie, 2012.

Quoi qu’il en soit, le diesel ne fait plus part des orientations R&D des constructeurs automobiles, etant arrive a un seuil de maturite, cela signe son entree en phase de declin. Cela est rattrape via le court terme via nos motorisations essences, offrant identiques prestations Afin de moins cher, et avec d’autres energies dans le long terme. Surement via l’hydrogene, energie d’avenir pour laquelle nos constructeurs francais detiennent un triste retard en terme de R&D vis-a-vis des constructeurs d’outre-Rhin.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *